10 questions à poser à un potentiel fournisseur en dropshipping

Le succès d’une boutique en ligne évoluant dans l’univers du dropshipping dépend en grande partie de la fiabilité de ses fournisseurs. Par la nature même de la méthode dropshipping, qui suppose que tout le stock est géré par le fournisseur, un e-commerçant opérant en dropshipping est bien plus dépendant de son fournisseur que pour une boutique en ligne classique.

Choisir un fournisseur dropshipping fiable est donc primordial. Il n’est pas toujours facile de trouver un fournisseur de confiance, mais il existe heureusement de nombreux moyens pour faire une évaluation. Tour d’horizon sur les 10 bonnes questions à poser pour orienter votre choix sur un potentiel fournisseur en dropshipping et avec qui vous pourrez envisager d’établir un partenariat sérieux.

choisir un fournisseur dropshipping

1) Le fournisseur potentiel fait-il de la vente directe au grand public ?

La propriété et la fidélisation du portefeuille client représentent des enjeux majeurs en dropshipping. Un fournisseur qui fait de la vente directe aux consommateurs pourrait exploiter votre fichier et piétiner vos plates-bandes en prospectant auprès de vos clients. Un prestataire qui pratique la vente en B2C (vente directe aux consommateurs) vous proposerait des prix élevés qui ne vous permettraient pas de réaliser une bonne marge bénéficiaire.

Ciblez en priorité les fournisseurs qui vendent seulement en gros, et dans un second temps ceux proposant un programme partenaire intéressant pour le dropshipping.

2)  Est-ce qu’il dispose de catalogues complets des produits ?

Le fournisseur doit mettre à votre disposition toutes les informations vous permettant de rédiger facilement vos fiches produits et d’exercer convenablement votre activité de e-commerce. Notamment :

  • le libellé de chaque article
  • sa description
  • une ou plusieurs photos
  • le prix d’achat
  • la TVA
  • les dimensions de l’emballage
  • les poids bruts et nets

Il est indispensable de disposer de ces éléments pour établir votre propre catalogue en prenant soin de ne pas simplement copier/coller les descriptions fournies (pour le référencement) ; si d’autres éléments sont disponibles, utilisez-les pour avoir une fiche produit la plus complète possible.

3) Peut-on facilement le joindre ?

Comme votre activité repose en majeure partie sur le fournisseur, si celui-ci est difficile à joindre, vous aurez du mal à suivre les commandes. Vous risquez en outre de faire mauvaise figure auprès des clients finaux au cas où ils auraient besoin de compléments d’informations sur certains produits.

Il est conseillé de vérifier la présence des mentions légales, de l’adresse réelle et du numéro de téléphone sur le site de la société.

La meilleure solution est souvent d’entrer en relation avec un conseiller à la clientèle ou toute autre personne que vous pourrez contacter directement en cas de problème.

4) Les minima de commandes

Certains fournisseurs fixent un montant ou un volume de commandes minimum en fonction des articles et n’acceptent de collaborer qu’avec les détaillants aptes à réaliser un volume assez conséquent de chiffre d’affaires pour une période donnée, sur un trimestre par exemple.

Ces exigences ne doivent pas constituer un frein pour un e-commerçant qui est déjà bien établi dans le domaine du dropshipping. Pour un novice, il est conseillé de s’adresser à un fournisseur qui n’est pas trop pointilleux sur ce sujet.

choisir un fournisseur dropshipping

 5) Les délais de livraison et l’accès en temps réel aux stocks

À part le fait que les commerçants en ligne sont dans l’obligation de préciser aux clients un délai de livraison des commandes, ce délai influe énormément sur les ventes. Nombreux sont les consommateurs qui ne finalisent pas leurs commandes en raison d’un trop long délai de livraison.

Pour éviter de rater des commandes, renseignez-vous sur les pays de provenance des produits que vous commercialisez pour vérifier que les délais annoncés par les fournisseurs potentiels sont réalistes. À titre d’exemple, il est très peu probable de pouvoir livrer sous 48 heures en Europe un produit expédié à partir d’un pays du continent asiatique…

Posez également des questions sur votre accès aux stocks en temps réel. Le fournisseur doit, idéalement, mettre en place des modules automatisés (quelques exemples ici ou ) pour vous épargner des contrôles fréquents afin de vous assurer la disponibilité des produits. Un client qui passe une commande sur un article figurant dans le catalogue serait en effet très contrarié d’apprendre que finalement, le produit convoité est en rupture de stock !

6) Les politiques de retour

Pour réussir dans l’univers du dropshipping, vous devez adopter une politique de retour adéquate. De ce fait, privilégiez un fournisseur qui propose des conditions souples et une procédure simple en cas d’éventuel retour de marchandises en provenance de clients non satisfaits pour une raison quelconque. Pensez à vous informer s’il exige, dans ce cas, des frais de réexpédition ou d’emballage afin de mieux estimer vos marges.

7) Les outils commerciaux disponibles

Votre potentiel fournisseur peut-il mettre à votre disposition des outils commerciaux pour booster vos ventes ? Vous pourrez être amené à effectuer des actions commerciales pour développer votre e-commerce. Des offres promotionnelles, goodies, flyers, bannières, etc., seront nécessaires pour votre campagne publicitaire.

N’hésitez pas à en demander au fournisseur.

8) Le potentiel fournisseur est-il basé en France ? Se conforme-t-il aux normes européennes ?

La plupart des fournisseurs en dropshipping sont localisés en Asie. La majorité d’entre eux vendent des produits qui ne respectent pas la réglementation en vigueur en Europe.

S’ils sont en général moins chers, la collaboration avec de tels prestataires vous expose à de nombreux risques, comme des délais de livraison non respectés et l’inexistence de service après-vente. Ces problèmes pourraient engendrer bien des désagréments vis-à-vis de vos clients. Par ailleurs vous pourrez avoir des problèmes au niveau de l’administration, votre responsabilité d’importateur étant entièrement engagée si vous ne prenez pas les précautions nécessaires auprès des douanes.

Dans le cas d’un fournisseur établi dans l’Hexagone, posez des questions sur l’exclusivité territoriale de ses produits. Certains articles peuvent, en effet, être frappés d’interdiction de vente en dehors du territoire français en raison de contrats de distribution ou de normes spécifiques.

9) L’existence d’un programme revendeur

La plateforme de vente en gros a-t-elle mis en place un programme revendeur incluant par exemple une licence ou des droits d’entrée pour les revendeurs ? L’existence de ce programme vous offre la garantie que votre fournisseur potentiel accorde des conditions plus avantageuses aux e-commerçants détaillants même s’il accepte de travailler directement avec des particuliers. Pour préserver votre marge de clientèle, vous devez déployer une stratégie adéquate.

10) La signature d’un contrat de dropshipping

On ne le répétera jamais assez, le web pullule d’exemple de mauvaises surprises et d’arnaques par des fournisseurs. Si le fournisseur ne vous en propose pas, dotez-vous d’un contrat de droshipping, mettez-vous d’accord avec le fournisseur sur son contenu et surtout signez-le tous les deux.

Ce contrat vous permettra, au-delà de la possibilité de poursuites s’il y a arnaque, de vous assurez du sérieux du fournisseur et de mettre sur la table tous les aspects de votre partenariat, sans laisser dans le flou des questions qui pourraient faire l’objet de quiproquos ou de non-dits qui peuvent entraîner de mauvaises surprises.

Choisir un fournisseur dropshipping : conclusion

Evaluez les différents fournisseurs potentiels en dropshipping et fixez votre choix sur ceux qui apportent des réponses claires et positives à vos questions. Vous aurez ainsi toutes les chances de sélectionner des prestataires fiables qui vous accompagneront dans le développement de votre activité commerciale en ligne. Bonnes ventes !

Articles recommandés :

2 Responses

  1. Bonjour,

    Merci pour toutes ces infos, débutant dans ce système, je cherche des renseignements et votre site me rend bien service..
    j’aurais besoin d’un renseignement, j’ai trouvé plusieurs grossistes, mais si je ne veux pas massacré par les impôts sur le chiffre d’affaire, je ne dois encaisser que les commissions ? c’est-à-dire que le grossiste encaisse la commande et je lui facture tous les mois le montant des commissions, qu’en pensez-vous? et quel style de contrat dois-je faire? je vous remercie d’avance de votre réponse, Cordialement

    • Louis-Marie dit :

      Bonjour,

      Dans un fonctionnement classique de dropshipping, vous encaissez la somme versée par le client final, puis vous passez commande auprès de votre fournisseur. Le règlement au fournisseur peut se faire lors de cette commande, ou plus tard, par exemple en fin de mois, selon les conditions négociées.

      Vous aurez donc toujours, selon ce fonctionnement, à encaisser la totalité de la vente ; les impôts sur la société en revanche ne s’appliquerons qu’à votre bénéfice, c’est à dire à ce qui « restera » de vos gains après soustraction des commandes auprès du fournisseur, des frais de fonctionnement de votre site, de vos charges, etc.

      Si vous avez peur de dépasser le seuil de CA limite en tant qu’auto-entrepreneur ; sachez que vous avez quoiqu’il arrive au moins un an pour « tester » votre idée et votre boutique. Si le dépassement arrive, c’est plutôt tant mieux et vous aurez la possibilité de passer plus sereinement à un autre statut juridique.

      Concernant la possibilité de n’être qu’un prestataire purement commercial (en fait, vous ne feriez que la publicité des produits vendus par votre fournisseur, ou de l’affiliation), ce fonctionnement atypique est bien entendu possible, mais pose de nombreux problèmes en pratique. Notamment vos clients devront impérativement savoir qu’ils achètent au fournisseur, et cela devra se faire sur son site et avec ses conditions générales de vente, car c’est une obligation légale que de savoir à qui on achète, et à quelles conditions.

      Il faut aussi alors que le fournisseur dispose d’une plateforme technique qui permettent ces achats (en rajoutant votre marge au prix des produits). Cela pose des problèmes d’image ; ces clients reviendront-ils chez vous pour acheter par la suite, ou passeront-ils directement par votre fournisseur ? Ne trouveront-ils pas inquiétant d’être redirigé d’un site à un autre ? Verront-ils un prix sur le site du fournisseur un jour, et le lendemain un autre en passant par le votre ?

      Bref, c’est une solution qui semble assez complexe, même si cela existe il me semble notamment dans le monde de la billeterie, et cela demande une solution technique ad hoc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *