Dropshipping : comment établir son projet en 2018 ?

Le système est courant aux États-Unis depuis maintenant plusieurs années. Sa démocratisation en France et dans toute l’Europe se fait doucement. Il s’agit d’une technique permettant de mettre en vente des produits en ligne sans les avoir en stock. C’est le fournisseur qui s’occupe de leur expédition. Avec le dropshipping, un important investissement n’est pas nécessaire pour monter son propre e-commerce. Voici comment procéder pour assurer la réussite d’un projet basé sur cette technique.

Le choix du secteur d’activité même en dropshipping…

Le succès d’un e-commerce sans stock dépend, en premier du secteur choisi. Il faut en effet savoir que certains produits ont du mal à se faire vendre en ligne. D’autres se trouvent déjà sur un marché saturé. Il est donc nécessaire de faire une étude de marché.

Il ne suffit pas de savoir quels produits se vend le mieux sur Internet. Il est également utile de s’assurer si ceux-ci ne sont pas contrefaits. Raison pour laquelle une bonne partie des personnes qui se lancent dans ce business optent pour des articles sans marque. D’autres ne fixent leur choix qu’après avoir lu des avis en ligne des individus qui ont eu l’occasion de tester ces produits.

Enfin, il est important de s’exercer dans une niche que l’on connait bien. En effet, pour mieux vendre, renseigner les composants de sa cible de la meilleure des manières sur ses produits est indispensable.

Dropshipping et entreprise

Pour bon nombre de personnes, le droshipping est un moyen de se mettre à l’abri des obligations sociales liées à une entreprise. Elles oublient qu’un e-commerce est aussi une entreprise. Son propriétaire propose des produits et entre en négociation avec des fournisseurs. Il doit donc nécessairement disposer d’un n° Siret. Mais comment prendre le moins de risques possible pour le démarrage du projet ? Une bonne partie des connaisseurs de la technique recommandent le statut de miro-entrepreneur. Ce dernier requiert en effet un frais réduit en plus de sa gestion simplifiée. On peut se tourner vers un autre statut en fonction du développement du projet.

Se mettre en contact avec des fournisseurs

Une bonne partie des personnes qui se lancent dans le dropshipping sont habituées à trouver leurs fournisseurs en utilisant seulement Google. Pourtant, certaines marques ou certains grossistes peuvent ne pas y être présents. La plupart du temps, les « fournisseurs » qui se trouvent en ligne sont, en fait, des intermédiaires. Pour cette raison, il est recommandé de se déplacer soi-même auprès des marques ou des grossistes pour se renseigner et négocier. Cela semble difficile à croire, mais certaines personnes n’hésitent pas à se rendre en Chine juste un après-midi pour rencontrer directement des fournisseurs, n’ayant pas assez de moyens pour y rester une ou plusieurs nuits.

Il est également possible de se faire aider par les marketplaces d’eBay, Amazon, AliExpress, entre autres.

Créer un site e-commerce

C’est une condition sine qua non pour pouvoir proposer des produits sur Internet. Pour la remplir, il existe deux principales options : la création de son site de vente et l’utilisation d’un site clé en main. Il est aussi possible d’opter pour des formules comprenant déjà des fournisseurs et des boutiques en ligne. On peut également se tourner vers une solution d’e-commerce de type Shopify. Quelle que soit l’option, il faut un système pouvant assurer la transmission des commandes à son fournisseur sans que l’on ait à trop intervenir manuellement.

La première option reste idéale pour toute personne souhaitant avoir un site e-commerce adapté à ses besoins et aux attentes de ses clients. Ce qui implique la nécessité de recourir à un développeur professionnel. Celui-ci saura livrer une boutique en ligne à la fois fonctionnelle, ergonomique et design.

Le côté SEO et référencement à ne pas négliger

Pour espérer attirer le plus de visiteurs possible sur son site de dropshipping, il faut que le site soit visible. Ce qui implique donc un positionnement en première page de recherches sur son secteur d’activités. Cela nécessite de travailler avec les mots-clés les plus utilisés par la cible pour sa recherche de produits. Ceux-ci devront être intégrés aussi bien dans la structure que dans les contenus de la boutique en ligne.

La politique de référencement devra notamment inclure la création de fiches-produits accompagnée des photos provenant des fournisseurs. Tout copier-coller des fiches provenant directement de ces derniers entraînera un mauvais positionnement du site. Il est ainsi nécessaire de créer des contenus uniques dans lesquels il faut insérer les bons mots-clés. Ce travail peut être confié à un rédacteur web professionnel.

Établir une stratégie de webmarketing

Après que ces étapes soient franchies, il est important de procéder à la promotion de la boutique en ligne afin d’enregistrer ses premières ventes. Ce qui implique la nécessité de créer des profils sur les réseaux sociaux. Pour atteindre le plus de personnes possibles, pour du B2C, il faut privilégier Facebook, Instragram et Pinterest. Linkedin et Twitter constituent les meilleures plateformes pour du B2B.

Il faut également recourir à Google Adwords pour des campagnes ciblées sur les mots-clés correspondant à son secteur d’activités. Ce qui permet de se trouver parmi les premiers résultats de recherches des internautes concernant ses produits. Il est également recommandé de créer un blog et d’y proposer régulièrement des contenus originaux et de qualité.

Toutes ces actions seront à la source d’une communication digitale efficiente.

Qu’en est-il du service client ?

Dans l’univers de dropshipping, le responsable des ventes est le propriétaire du site. Il devra ainsi élaborer des conditions générales relatives aux retours et remboursements. Rares sont en effet les fournisseurs qui s’occupent de cet aspect. Pour enregistrer un taux de fidélisation élevé, il est important d’avoir un service client de qualité, permettant, entre autres, au client d’avoir une garantie de satisfaction.

Il faut également se mettre continuellement à la disposition des clients et être ainsi prêt à donner des réponses rapides et courtoises à leurs questions. Enfin, car c’est le fournisseur qui se charge des expéditions et qu’il peut se trouver dans un pays loin, il est idéal de mettre à la disposition des clients un système de suivis de colis. Ce qui permet de créer une relation de confiance avec eux.

Articles recommandés :

3 Responses

  1. Aline dit :

    Moi je m’y suis mis avec Dropizi et c’est très simple. Je commence doucement (200€) par jour mais j’en suis très contente. Tout le monde parle de shopify mais Dropizi est français et je trouve beaucoup mieux fait…

    • Andréa dit :

      Bonjour Aline,
      Je me lance également dans l’aventure après mon retour récent d’un tour du monde. Je souhaite rester libre afin de continuer à voyager. Nous envisageons avec mon conjoint de nous installer en Polynésie où il n’y a pas d’impôts sur le revenu mais avant d’y être, comment dois-je déclarer mon site ? Je suis un peu perdue. Dois-je me créer un statut d’auto-entrepreneur, ou autre forme de société ? Comment déclarer mes revenus ?

      Merci pour ta réponse

  2. Eh oui le dropshipping est un vrai business. Ca commence tout doucement ensuite il faut vite devenir pro et s’entourer des bonnes personnes comme toute société. Si on a peut de moyens il faut penser à utiliser l’aide des assistants virtuels pour le SAV.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *