Etude comparative dropshipping VS e-commerce traditionnel

Deux professeurs d’Université ont mené une étude mettant en avant le fait qu’un commerce en dropshipping pourrait faire 5.18% de bénéfices supplémentaires qu’un e-commerce traditionnel. Bon, autant vous prévenir, cette étude est intégralement en anglais, bourrée de formules mathématiques et s’adresse donc à un public averti…

Ce sont les professeurs W. K. Chiang and Y. Feng qui s’y sont collés. Je ne sais pas si c’est par curiosité, par besoin ou par pur sadisme afin de nous coller un mal de crâne carabiné mais ils ont analysé le fonctionnement du dropshipping et ont tenté une étude comparative avec l’e-commerce classique.
L’étude est plutôt indigeste pour le commun des mortels, et ne comptez pas sur moi pour vous en faire une traduction ou un résumé car j’aurais trop peur de ne pas en saisir toutes les subtilités et de vous induire en erreur mais certains points sont particulièrement intéressants. J’ai déjà du me faire souffrance pour en lire les 9 pages dont elle est composée…

Mais vu que je suis loin d’être un modèle en anglais et en math, je vous la met tout de même à disposition et vous souhaite une bonne lecture.
D’ailleurs, si un d’entre vous se sent d’en faire un petit résumé, je le publierai avec plaisir.

Voici le lien du fichier PDF : http://www.wchiang.net/documents/Retailer or E-tailer JORS.pdf

Articles recommandés :

15 Responses

  1. bedford arts dit :

    Il est vraiment très intéressant cet article traitant la comparaison entre le commerce en dropshipping et le commerce électronique traditionnel. Sinon, je ne savais pas que le commerce en dropshipping pourrait faire 5.18% de bénéfices supplémentaires par rapport au e-commerce traditionnel et ce chiffre est vraiment très immense. Merci encore et bonne continuation.

  2. MaTheRyS dit :

    Il faut toutefois relativiser les résultats de cette étude. Elle n’est que théorique, dans des conditions idéales et tient compte essentiellement du marché américain.

  3. Pierre dit :

    Effectivement c’est une étude très théorique. Je préfère des études de cas sur du long terme pour que j’approuve l’idée que le dropshipping est plus rentable qu’un site e-commerce (en plus j’ai cherché en sur le net et je n’ai pas trouvé).

  4. karyn dit :

    Salut, je tiens a vous remercier pour cette étude comparative entre le Dropshipping et le e-commerce traditionnel. Certes, ce système de vente est entrain de se développé très rapidement et je pense sérieusement au drop pour démarrer un projet, mais j’ai remarqué qu’il n’y pas encore beaucoup de boîtes qui proposaient du dropshipping en France.

  5. Rémi dit :

    Bon effectivement, l’étude est assez compliquée, néanmoins, il faut noter que l’étude est essentiellement faite sur le modèle américain comme le souligne Matherys, hors, le dropshipping peut induire des soucis au niveau des délais et donc de la satsifaction. Problèmes de satisfaction facilement compenser aux états unis par une prestations de service qui n a strictement rien à voir avec ce à quoi on a droit dans l’hexagone ( ou le service client est particulièrement mauvais ) ! Donc tout n est pas rose ou noir, il faut adapter au cas par cas !

  6. Luc dit :

    Le drop shipping est surtout démocratisé aux états unis, c’est d’ailleurs ce que montre cette étude.
    Je ne pense pas qu’en France il rencontre un succès rapidement.

  7. bougie moto dit :

    c’est vrai que le dropshipping n’est pas entrer dans les mœurs mais ceci peut être un virage à exploiter pour booster son chiffre d’affaire ! et 5% de plus ce n’est pas rien ! voilà une bonne raison d’exploiter ce nouveau système de vente, c’est vrai que l’article en PDF fais vraiment mal au crane !

  8. Amelie dit :

    Pour la traduction ça aurait encore pu le faire mais les formules mathématiques… le doc est quand même costaud !
    On retiendra quand même la différence de 5,18%, reste à savoir s’il y a des conditions, par exemple ce qu’il en serait sur le marché français.

  9. Carole dit :

    En effet, les calculs sont costauds !
    Le dropshipping commence à arriver en France, mais après dire que cela permet 5% de bénéfices en plus, cela reste à prouver sur le marché français.
    En tout cas, la gestion d’un e-commerce est largement simplifié avec le dropshipping ! Pas de risque d’invendus, pas de stock immobilisé. En bref, plus de temps pour se consacrer à son webmarketing et son référencement.

  10. Jack dit :

    Le dropshipping c’est bien à condition que ce soit carré… mais je n’ai jamais essayé alors ^^

    Il aurait été « cool » que tu y mettes la définition pour les débutants en commerce en ligne.

    Continue comme ça ! Débat intéressant 😉

  11. regis dit :

    déjà que d’avoir un site e commerce en plus d’un site physique tel qu’une boutique, peut avoir un chiffre d’affaire supérieur de 30 % a un commerce traditionnelle ne vendant pas sur internet, voilà qui permet d’exploiter a fond le web marketing et de développé son entreprise !

  12. phillipe dit :

    En France les entreprises dépensent prés de 4 % de leurs chiffre d’affaire dans la publicité sur internet ! mais en voyant ces chiffres je me dis qu’un projet pour monter un dropshipping serait intéressant ! a méditer.

  13. erwan dit :

    Les chiffres sont comme même intéressant je dois dire , que nous sommes dans une révolution numérique pour les commerces physique sont en berne, au profit des m-commerces.

  14. John dit :

    Merci pour ce lien. En fait, le professeurs ont écrit un algorithme qu’ils référent en tant que jeu où un seul fabriquant et distributeur sont pris en considération. Donc, c’est un modèle un peu primitif qui devrait être en fait confirmé avec des exemples réels que l’on trouve dans la vie courante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *